Essai Skoda Octavia 1.6 TDI 105 DSG7 2013

Skoda, Octavia, 1.6 TDI 105 DSG7 2013 Voici la troisième génération de Skoda Octavia. Elle s'allonge de 9 cm par rapport à la précédente, apparue en 2004, pour atteindre désormais 4.66 m de long. Elle reprend l'identité visuelle inaugurée sur la Rapid au niveau de la face avant, et propose un design en lignes tendues, simples. Notre version reprend le 1.6 TDI de 105 ch déjà connu sur la génération précédente. L'Octavia n'avait déjà pas grand-chose à se reprocher en termes de qualité perçue. La nouvelle venue progresse encore et n'a plus à rougir face à une Passat en la matière. La sellerie claire rend l'habitacle chaleureux. La grosse nouveauté vient de la présence d'équipements high-tech comme le Front

More Videos...


Essai Skoda Rapid 1.2 TSI 105 Ambition 2013
Skoda, Rapid, 1.2 TSI 105 Ambition Chez Skoda, il y a longtemps eu un trou entre la Fabia et l'Octavia. Il manquait une compacte, le segment le plus vendu en France, et c'est cette Rapid qui vient combler ce trou. Clone de la nouvelle Seat Toledo, la Rapid a inauguré le nouveau design Skoda au niveau de la calandre, avec un logo redessiné au passage. La Rapid propose un bloc diesel et 4 essence, dont notre 1.2 l de 105 chevaux. Si Skoda sait faire des intérieurs cossus, ce n'est pas le cas ici. La planche de bord n'a droit qu'à des plastiques durs, mais l'assemblage est soigné et l'ensemble simple, sans chichi. Sur notre version, pas de GPS mais un simple autoradio qui a le mérite d'être très simple à utiliser, de même que l'ensemble des commandes. La climatisation manuelle fait partie de l'équipement de série. Le petit 1.2 l turbo est déjà bien connu chez Skoda et les autres marques du groupe. Il se caractérise par sa douceur d'utilisation, même s'il se montre ici un peu plus bruyant que sur une Polo ou une Golf. La Rapid est réglée pour être avant tout confortable et sans histoire. Pas ou peu de plaisir de conduite au programme : la direction est trop assistée, mais la commande de boîte reste agréable. Avec les places arrière, on arrive sur l'un des gros atouts de la voiture : l'habitabilité est digne non pas de la catégorie supérieure, mais de celle du dessus encore : elle affiche le même espace aux jambes qu'une Mercedes Classe E ! Bon, pour la largeur, on revient à des cotes plus classiques. Mais la place centrale est praticable. Par contre, pas de vitres électriques à ce niveau de finition. Contrairement à ce que la forme tricorps de la voiture laisse présager, la Rapid a bien droit à un hayon. Et le coffre suit la même logique que les places arrière : il atteint 550 dm3, soit cette fois un volume supérieur à la Classe E et à bien d'autres routières. L'accessibilité est excellente, mais si la banquette se rabat bien en 2/3-1/3, le plancher dégagé n'est pas parfaitement plat. Loin des considérations de luxe, d'équipements high-tech ou de plaisir de conduite, la Skoda Rapid est avant tout une voiture rationnelle, sérieuse, avec énormément de place pour les passagers comme pour les bagages, le tout vendu moins nettement moins cher qu'une compacte généraliste comme la Mégane. Notre modèle d'essai coûte ainsi 18900 € : avouez qu'il y a de quoi réfléchir !





Essai Skoda Octavia Combi 1.6 TDI 105 BVM5 Elégance 2013
C'est désormais une tradition : l'Octavia se décline non seulement en berline mais aussi en break, appelé Combi. Comme vous pouvez le voir ici, il reprend toute la partie avant de la berline, dont la nouvelle face avant épurée, et garde un profil proche de l'ancien break, ni très dynamique ni trop utilitaire. Le break reprend toute la gamme de motorisations et de finitions de la berline : notre version TDI 105 constitue la plus petite motorisation diesel, mais aussi la plus sobre puisqu'elle descend sous les 100 g/km de CO2, avec un bonus écologique à la clé pour le break comme pour la berline. A l'intérieur, pas de surprise : on retrouve la planche de bord de la berline avec une très bonne qualité de pré





Essai Skoda Octavia 1.6 TDi 110 GreenLine 2014
La plupart des constructeurs ont mis en place une appellation pour désigner leurs modèles basses consommations. Chez Skoda, c’est GreenLine. L’Octavia Greenline est donc la plus sobre des Octavia, et étonnamment la plus sobre de toutes les Skoda actuelles, en attendant la nouvelle génération de Fabia qui devrait la coiffer au poteau. L’octavia Greenline se reconnaît à ses badges spécifiques à l’avant et à l’arrière, et en y regardant de près à une calandre travaillée pour améliorer l’aérodynamisme. L’Octavia GreenLine est proposée avec un diesel de 110 ch, en berline ou en break. A l’intérieur, rien de particulier ne distingue cette GreenLine des autres Octavia. On retrouve une planche de bord bien présentée mais un poil austère, surtout dans cette ambiance noire. L’équipement comprend la climatisation mais manuelle et le système multimédia avec grand écran est en option. A l’arrière, l’habitabilité est toujours remarquable, notamment en espace aux jambes et permet d’accueillir confortablement 4 adultes. Le coffre fait lui aussi partie des très bons points avec presque 600 dm3 de contenance, l’un des plus généreux de la catégorie derrière une certaine Passat. Au volant, le TDi fait un peu trop entendre sa voix à froid, mais cela s’atténue ensuite. Le start and stop se montre rapide et ne gêne pas la conduite en ville. Le moteur est suffisant pour animer la voiture y compris sur route et autoroute et on notera que cette GreenLine bénéficie d’une boîte à 6 rapports, soit un de plus que l’Octavia TDI 105, ce qui permet un meilleur étagement malgré des rapports un peu longs. Chaussée de roues de 15 pouces ou 16 en option, cette Octavia se montre confortable. Les distances de freinage restent correctes sur le sec malgré les pneus à faible résistance au roulement. Qu’en est-il de la consommation, objectif principal de cette version ? Skoda annonce 3,2 l/100 de moyenne et 85 g/km de CO2, soit moins qu’une Prius. Nous avons certes mesuré plus, mais cette Octavia Greenline obtient chez nous tout simplement la meilleure consommation dans la catégorie des familiales diesel. Côté tarif, cette Octavia GreenLine dépasse les 24000 €, soit à peu près le même prix que la TDi 105 en finition Ambition, à équipement équivalent sauf pour la climatisation automatique. Autrement dit, cette Octiavia GreenLine est une bonne affaire, à l’achat comme à l’usage !





Essai Volkswagen Golf 1.6 TDi 105 Confortline 2012
Volkswagen, Golf, 1.6 TDi 105 Confortline La septième génération de Golf est arrivée en septembre 2012. Elle ressemble beaucoup à sa devancière malgré une nouvelle plate-forme et une longueur supérieure de 6 cm. La nouvelle Golf est d'ores et déjà disponible en 3 ou 5 portes avec 5 motorisations dont 2 diesel. Nous essayons le TDI de 105 chevaux qui devrait représenter le plus gros des ventes, avec la finition intermédiaire Confort. A l'intérieur, la planche est fidèle à la réputation de qualité flatteuse de la marque, mais aussi à celle d'austérité. Par rapport à la génération précédente, la commande de régulateur de vitesse est désormais sur le volant. Un régulateur qui est maintenant intelligent, couplé à un radar. Autre nouveauté, le système multimédia avec un nouvel écran tactile et une interface plus agréable. Le petit 1.6 diesel dont nous disposons se montre doux à l'utilisation, peu vibrant mais un peu sonore à l'accélération. Il est associé à une commande de boîte agréable même s'il elle n'offre que 5 rapports. Notre Golf du jour offrait un compromis châssis logiquement moins bon que les versions avec suspensions pilotées, notamment en confort et en précision sur chaussée dégradée. A l'arrière, grâce à l'allongement de l'empattement, l'habitabilité a progressé. Elle se situe désormais parmi les meilleures de la catégorie et permet à 4 adultes de 1,80 m de voyager confortablement même si les assises sont dures. Sans parler de la place centrale peu praticable. A noter également un accoudoir central peu pratique pour y poser... son coude, la faute à un porte-gobelet mal placé. Profitant de la hausse du gabarit général de la voiture, le coffre augmente en contenance pour passer selon Volkswagen à 380 dm3, soit 30 de plus que dans la Golf précédente. Un chiffre dans la bonne moyenne de la catégorie mais une Citroën C4 en offre plus. Le plancher de coffre est modulable en hauteur et permet en position haute d'obtenir un plancher parfaitement plat en rabattant la banquette. Cette nouvelle Golf remplit bien ses objectifs : impeccable en qualité de présentation, habitable, elle se montre en plus très sobre dans cette version diesel de 105 ch qui descend sous les 100 g/km de CO2. Néanmoins une Golf reste une Golf : cette version intermédiaire à plus de 25 000 € est un peu chère pour la catégorie, et les équipements high tech cités restent en option sur cette version.




Follow