Toyota Avensis

Dessinée et conçue en Europe, la Toyota Avensis poursuit son bonhomme de chemin dans un segment en déclin. Si cette troisième génération reste toujours aussi conservatrice, son bilan global la situe au niveau des meilleures familiales actuelles. Dessinée et conçue en Europe, la Toyota Avensis poursuit son bonhomme de chemin dans un segment en déclin. Si cette troisième génération reste toujours aussi conservatrice, son bilan global la situe au niveau des meilleures familiales actuelles.

More Videos...


Caradisiac.tv : Toyota Avensis
Toyota Avensis : Une familiale haut de gamme qui se respecte se doit d'avoir des motorisations dignes de son rang. Méconnue, la Toyota Avensis dispose pourtant de sérieux arguments à faire prévaloir avec notamment un large choix de motorisations et une très bonne finition





Essai Toyota Avensis
Essai Toyota Avensis





Essai Toyota Avensis SW
Essai détaillé de la Toyota Avensis. Courbe discrète mais flateuse, niveau de finition amélioré, ligne davantage orientée sur le style européen. On retrouve la qualité Toyota avec une bonne habitabilité. Le moteur est agéable malgé une sonorité une peu bryante.





Essai Toyota Avensis 2.0 D-4D 124 Style 2012
Toyota, Avensis, 2.0 D-4D 124, Style Il y a des voitures qui se vendent. D'autres, non. L'Avensis, la familiale de Toyota, fait partie de la seconde catégorie, en tous cas en France. Pourtant c'est une catégorie qui ne marche pas si mal puisque outre les 3 françaises (508, C5 et Laguna), on compte quand même pas mal de Mondeo, Passat, Insignia, sans parler des A4 ou des Série 3. Mais l'Avensis reste une rareté. Et c'est justement pour changer cela que Toyota l'a restylée fin 2011. Au programme : tenter de la rendre plus sexy, car certaine mauvaises langues la trouvaient trop fade. La face avant a donc été revue en plus agressive et s'inspire des modèles les plus récents comme la Yaris 3. A l'arrière, nouveau bouclier et c'est moins l'agressivité que l'élégance qui a été travaillée avec un jonc chromé censé rendre plus classe. A l'intérieur, Toyota a voulu améliorer la qualité perçue. Sur notre voiture en finition Style, les sièges mixtes cuir/Alcantara de série élèvent le débat, et plusieurs détails ont été modifiés pour rendre la présentation plus valorisante. Les quelques placages de bois y participent. Rien à dire sur la sobriété et l'ergonomie, mais malgré un équipement assez fourni, la planche de bord n'arrive pas à flatter l'œil. Les contreportes restent assez cheap au toucher, de même que certains interrupteurs. A l'arrière, en bonne familiale, l'Avensis offre une habitabilité généreuse pour les jambes et pour les têtes. Mais la place centrale est peu praticable à cause de l'accoudoir central, très dur dans le dos une fois remonté. Le coffre généreux est dans la bonne moyenne de la catégorie puisqu'il dépasse les 500 dm3. Et bien sûr, la banquette se rabat en 2/3-1/3, mais le plancher obtenu n'est pas plat. Côté moteur, l'Avensis n'a pas profité du restylage pour changer les blocs. Mais notre diesel d'entrée de gamme, un 2 litres de 124 ch, devient plus sobre : il se contente désormais de 119 g/km de CO2, contre 139 auparavant. Allez, on y va ! Premiers tours de roue et déjà un remarque : au feu rouge, notre voiture émet un grondement un peu trop audible. Du coup, on regrette d'entrée l'absence de stop&start. Un peu de musique, il n'y paraîtra plus... Ça s'arrange ensuite, la sonorité diesel devenant moins présente. En sortant de la ville, on se rend compte que notre Avensis est disons une voiture calme. Le moteur est souple et discret, assez doux, mais manque de tonus. Cette Toyota se bat d'ailleurs pour la dernière place dans sa catégorie au niveau des chronos. Avec l'Insignia CDTi 130, si vous voulez connaître le challenger... Voix embarquée : « sur la route, cette Avensis n'est pas très dynamique, même si elle est très saine et rassurante en toutes circonstances. Il y a quelques mouvements de caisse mais rien de grave puisque vous aurez décidé de rouler calmement dans cette Avensis. En revanche, les suspensions travaillent bien en filtrage et procurent un bon niveau de confort. Petit reproche au niveau de la direction qui reste un peu trop assistée sur route : c'est bien en ville, mais sur route, on aurait aimé un peu plus de fermeté.» Pour finir, parlons budget : notre Avensis avec le petit moteur diesel mais la finition Style assez haut de gamme coûte 30 200 €. Certes l'équipement est fourni, mais ça fait quand même cher pour une voiture avant tout rationnelle. Car c'est ce qu'elle est objectivement : une bonne familiale, sage, spacieuse et sûre. Mais pour le grand frisson, à la conduite, c'est sûr, il n'y est pas, quant à la robe, vous êtes seuls juges.




Follow